Dans l’histoire, il y a eu : 1595 la création de la chasse d’eau par Harington, 1899 le brevet du trombone, en 1969 Woodstock avec Jimi Hendrix et son solo de l’espace, les Pin’s dans les années 80, et en 2010 la naissance de ABK

ABK c’est simple (ou peut-être pas tant que ça). Notre histoire commence au cœur des Alpes, Chamonix, le Mont Bl… euh… Grenoble pardon, le téléphérique de la Bastille et tout et tout. Au départ on retrouve trois copains d’enfance, Hugo, Nicolas et Daniel (mais il faut l’appeler Bullet, il n’aime pas trop Daniel, les hélicos c’est pas trop son truc, mon fils ma bataille…).

A la base, ils sont plutôt grimpeurs, du genre à s’entrainer pendant des heures sur un mur, enchainer les compets, manger des graines et aller s’arracher sur les coupes du monde… Enfin ça c’est ce qu’ils racontaient pour impressionner les filles.

La réalité c’est qu’ils grimpaient pas mal certes, mais qu’ils se rêvaient star de rock en séances de répètes dans le garage d’Hugo, globetrotters, voir même dessinateur.

Après quelques années de vadrouille, nos trois copains se retrouvent et décident d’allier passion à travail en créant l’une des toute premières salles de bloc en France, ABLOK.

Ça devient assez rapidement l’un des repères des grimpeurs grenoblois, surtout les jeunes. Et là premier constat, les jeunes, ils n’aiment pas porter des fringues de grimpeurs. Pantalon vert et pull violet ça va bien pour Halloween mais c’est moins marrant quand tu vas boire des bières après ta séance. Résultat, la plupart des jeunes grimpent en boardshort.

Et c’est à ce moment qu’apparaissent nos 2 autres ABKeurs, François et Stéphane. Stéphane c’est le mec qui connaît le textile mieux que ça poche, bon la poche c’est du textile mais voilà vous avez compris..

Du coup, où j’en étais moi, humm, ah oui voilà, Steph et François, François c’est notre graphiste. ABK c’est avant tout le style, et François, du style il en a !

ABLOK, c’est le début de l’aventure, les premiers essais de produits, les premiers tests avec les copains qui viennent grimper à la salle, les premiers maux de tête aussi. Mais rapidement les produits plaisent, il faut dire qu’avoir un jean qui te permet de grimper et aller boire une bière ça parle.

Ce n’est pas nous qui le disons, ce sont nos clients, la preuve, c’est eux qui ont écrit notre slogan. ABK, ne rend pas plus fort mais plus beau. La classe gamin !
Et ouais, nous on te promet un truc, ce n’est pas en enfilant du ABK que tu passeras du 9b, mais par contre t’auras le style coco.

Et à ce moment-là, nos 5 compères se disent, vu qu’on n’a pas assez de soucis comme ça, pourquoi on ne déciderait pas d’en rajouter en créant une marque de fringue. Feu Mireille !

Étape numéro 1 : Trouver le nom.

– ABLOK fringues?
– Bullet’s cloth et ses copains qui travaillent aussi avec lui mais c’est quand même lui le chef ? 
– Non c’est bon j’ai trouvé, ABLOK, on va l’appeler ABK.

Et voilà, la marque qui ne rend pas plus fort mais plus beau est née. Et aujourd’hui on continue d’écrire l’histoire avec les copains, on s’ouvre à tous les sports outdoor (on parle aussi franglais ouais, mais avec un bon accent frenchie).

On parle aux slackeurs, aux basejumpeurs, parapentistes, à ceux qui aiment la mode et même la musique, rockeur un jour rockeur toujours.

On a créé une belle bande de potes qui se balade un peu partout dans le monde histoire de transmettre un peu nos valeurs entre deux apéros.

D’ailleurs, toi aussi tu es le bienvenu, tu fais partie de la famille ABK maintenant.